EQUISETACEAE du Loiret

Equisetum arvense L. – Prêle des champs Plante vivace, printanière, assez grêle ; tiges de deux sortes, les fertiles de 10-25 cm, simples, lisses, d’un brun rougeâtre, paraissant avant les stériles et périssant après la fructification ; munies de gaines brunes, espacées, lâches, ovoïdes en cloche, à 6-12 dents très profondes lancéolées-acuminées ; épi médiocre {2-4 cm sur 6 10 mm), oblong-cylindrique, obtus ; tiges stériles de 20-80 cm, d’un vert pâle, tardives, fortement sillonnées, un peu rudes, à lacune centrale petite, à verticilles écartés de rameaux simples ou peu rameux, longs, grêles, pleins, à 4 angles aigus.

Equisetum fluviatile L. – Prêle des fleuves S’hybride avec E. arvense pour produire Equisetum littorale Kühl. (E. INUNDATUM Lasch.).

Equisetum palustre L. – Prêle des marais Plante vivace, printanière et estivale, grêle ; tiges toutes semblables, vertes, longues de 25-60 cm, lisses, à 6-8 sillons profonds et autant de côtes saillantes, à lacune centrale aussi petite que celles qui l’entourent ; gaines vertes, 2 fois plus longues que larges, lâches, à 6-12 dents lancéolées-acuminées, brunes bordées de blanc ; rameaux assez nombreux, étalés-dressés, simples, tétragones, creux, les supérieurs assez souvent terminés par un épi ; épi grêle (15-30 mm sur 4-6), lâche, ovoïde-oblong, obtus.

Equisetum ramosissimum Desf. – Prêle rameuse Plante vivace, persistant l’hiver, peu robuste ; tiges toutes semblables, d’un vert grisâtre, de 40 cm à 1 mètre, un peu rudes, droites, à 8-20 côtes convexes, à lacune centrale très grande, rameuses, rarement simples ou gazonnantes à la base, à rameaux les plus longs naissant des noeuds moyens et bien distincts de la tige ; gaines atteignant 15-20 mm, bien plus longues que larges, tronquées, évasées au sommet, les inférieures rousses, non cerclées de noir, à dents lancéolées en alêne, scarieuses, obscurément sillonnées, ordinairement persistantes ; épi court (8-15 mm sur 4-6), dense, ovoïde, mucroné.

Equisetum sylvaticum L. – Prêle des bois Haut de 10 à 80 cm, possède des tiges fertiles blanchâtres ou rougeâtres simples ou munies de rameaux courts avant maturation des spores. Épi ovale à oblong de 2 cm et obtus en son sommet, disposé en position terminale. Après maturation, la tige devient vert clair et très ramifiée, avec de longs et fins rameaux retombants, verticillés par 9 à 12 et garnis de rameaux secondaires en verticilles. A ce stade, gaines moins longues et moins larges qu’auparavant. NB : selon le stade de maturation, sa hauteur varie. Avant maturation, la tige fertile mesure de 10 à 45 cm. Après maturation, la tige stérile mesure de 25 à 80 cm. Les spores brunes roussâtres obtenues sont longues et fendues jusqu’au milieu en 3 à 6 lobes lancéolés à oblongs.

Equisetum telmateia Ehrh. – Grande prêle Plante vivace, printanière, très robuste ; tiges de deux sortes, les fertiles de 20-40 cm, simples, lisses, d’un blanc rougeâtre, paraissant avant les stériles et périssant après la fructification ; munies de gaines brunes, rapprochées, lâches, en cloche, à 20-30 dents profondes linéaires en alêne ; épi gros {4-8 cm de long sur 1-2 de large), oblong-cylindrique, obtus ; tiges stériles de 40 cm à 1 mètre et plus, d’un blanc d’ivoire, tardives, finement striées, lisses, à lacune centrale très grande, à gaines plus courtes et écartées, et à nombreux verticilles de rameaux verts, simples, longs, grêles, pleins, à 8 angles.

Equisetum x moorei Newman – Prêle de Moore Sous-espèce du précédent. Plante vivace de 50 cm à 1 mètre, à tiges assez grêles, non renflées entre les noeuds, moins rudes, à côtes planes, simples ou parfois plus ou moins rameuses ; gaines cylindriques, sensiblement plus longues que larges, étroitement appliquées, à dents caduques ou souvent persistantes et scarieuses, à carène parcourue par un sillon bien marqué, mais pourvue de tubercules peu proéminents et confluents en bandelettes transversales.

Sans nature pas de cultures