Racine

En botanique, la racine est l’organe souterrain d’une plante servant à la fixer au sol et à y puiser l’eau et les éléments nutritifs nécessaires à son développement. Prolongement de la tige vers le bas, elle en diffère par plusieurs caractères : sa structure interne, la présence d’une coiffe terminale et de poils absorbants, l’absence de feuilles et de bourgeons.

IMG_7255

Les racines sont souvent le siège de symbioses avec les bactéries et les champignons du sol.

Certaines racines de plantes sont comestibles ou à usage médicinal, d’autres sont hautement toxiques.

Pour aller plus loin :

Rôles de la racine :

  • ancrage au sol
  • absorption de l’eau et des nutriments du sol.
  • accumulation de réserves. Pour passer la saison défavorable et redémarrer la croissance lors de la bonne saison.
  • support d’associations symbiotiques complexes avec les micro-organismes (bactéries et champignons) pour aider l’absorption des nutriments.
  • amélioration des sols. Par décolmatage et libération des nutriments du sous sol (actions mécaniques et chimiques).
  • communication. Certaines espèces d’arbres peuvent relier (anastomoser) leurs racines à celles d’arbres de la même espèce et ainsi mettre en commun des ressources en eau et nutritives.

Exemples de racines spécialisées

  • racines pivot ; chez certaines plantes, une partie des racines s’enfoncent verticalement, assurant la stabilité de la plante.
  • racines adventives : ce sont des racines qui apparaissent le long d’une tige, spécialement dans les entre-nœuds.
  • racines-crampons : sorte de racines adventives qui permettent à la plante de s’accrocher à son support (lierre).
  • racines aériennes : développées par les plantes qui ne poussent pas dans la terre (épiphytes) pour absorber l’humidité atmosphérique.
  • racines tubérisées (en tubercule) : adaptation à l’accumulation de réserves, généralement d’amidon ou d’inuline, dans les différents tissus des racines (exemple de la ficaire, du dahlia, de la betterave sucrière).
  • racines succulentes : adaptées au stockage de l’eau.
  • racines-suçoirs : observées chez les plantes parasites comme le gui.

On distingue trois grands types de systèmes racinaires :

  • système racinaire pivotant : développement prédominant de la racine principale.
  • système racinaire fasciculé (en cœur) : racines adventives disposées en faisceau à la base de la tige (poireau, plantain) ou racines latérales de même importance que la racine principale et non ramifiées (Poacées).
  • système racinaire traçant : racine principale peu développée, racines latérales à extension horizontale et à faible profondeur (peupliers)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Sans nature pas de cultures